dont-trust-the-b-in-apartment-23-poster

Saison 1

étoile 4

7 épisodes pour découvrir Don't trust the bitch in apartment 23, c'est trop peu. J'en voulais plus, et heureusement pour moi, j'en aurais plus à la rentrée car une saison 2 est commandée. Une bonne nouvelle ! La bonne chose d'avoir que 7 épisodes, au moins, c'est qu'on a pas le temps de se lasser de la série, et que je serais assez impatient de la retrouver.

apartment 23 1apartment 23 2

Tous les épisodes sont dans la lignée du pilot, et Don't trust the bitch in apartment 23 est tout ce que Suburgatory aurait du être. Elle est ce que j'attendais de Suburgatory, c'est une caricature qui m'a fait marrer plus d'une fois, à gorge déployée. Elle est irrévérencieuse, elle ne se prend pas au sérieux et même les blagues les plus pourris passent relativement bien. Il n'y a qu'un épisode que j'ai un peu moins aimé, c'est celui avec le copain de June (celui avec le perroquet), tout simplement car l'acteur était pour le coup, bien ridicule au milieu de ces acteurs ! Le coup de la BD était aussi en deçà des autres (le mariage, l'adoption, la confiture pour ne citer qu'eux).

Car oui, il y a eu quelques blagues pourris, et si on enlève l'excellent trio, la galerie des personnages secondaires est assez pauvre. C'est là mon seul véritable reproche à la série. Je n'ai pas accroché Michael Blaiklock dans le pervers d'en face/inspecteur sanitaire.  On le voit peu, et ce n'est pas gênant car il est le seul personnage qui ne m'a jamais fait rire. Liza Lapira et Eric André ne sont pas mauvais, mais ils ne sont pas non plus bien intéressants, ils n'apportent pas grand chose à la série malheureusement, et ils ne sont pas non plus très drôles.

Heureusement alors que le duo Dreama Walker et Krysten Ritter est excellent. Je dis excellent car je l'adore, tout simplement. Chaque situation, chaque dialogue entre les deux m'a fait rigoler, même les plus tordus/improbables. Et des situations tirées par les cheveux, il y a en beaucoup, mais c'est ce que j'adore dans la série, c'est qu'elle arrive à se moquer et à nous faire rire de choses complètement loufoques qui pourraient même être presque ridicules dans une autre série. C'est un peu grâce à Chloé. Krysten Ritter en est pour beaucoup car ces mimiques et son personnage font tout le charme de la série. Dreama Walkers n'est rien sans Krysten Ritter. Elle est loin d'être mauvaise pour autant, mais la série sans Krysten Ritter, ca ne tiendrait pas la route très longtemps. On pourrait même changer de colocataire que ca ne serait pas gênant.

Il y a aussi James Van Der Beek. J'adore l'acteur grâce à cette série. Je ne l'aimais pas beaucoup dans Dawson (je n'en étais pas fan, mais il ne me dérangeait pas) et je ne l'ai pas suivis dans ses autres collaborations (excepté un film où je ne l'ai pas aimé non plus). Par contre, ici, je l'apprécie énormément. Il n'est pas forcément toujours drôle tout le temps, mais même quand ces blagues font un bide, on oublie rapidement et on passe à la suivante. Pour les non-fans de Dawson, rassurez vous, tout ne tourne pas autour de son ancienne série, loin de là. On s'amuse aussi des caprices des stars, et l'acteur ne se prend vraiment pas au sérieux et se moque assez facilement de lui.

apartment 23 3apartment 23 4

Je vous vends la série et j'espère que vous saurez y adhérer. Les épisodes passent à une vitesse folle, on ne s'ennuie pas, et après seulement 7 épisodes, Chloe et sa bande me manque déjà. En tout cas, je n'avais pas autant ri depuis Samantha Who (même si la comparaison entre les 2 séries s'arrête là) et ca fait du bien !