movie-nip-tuck-tv-wallpapers-2-1280x1024

Saison 2

étoile 4

 

Après avoir visionné la première saison de Nip Tuck et été très emballé par cette nouvelle (pour moi) série, je suis resté sur ma lancée et ai continué Nip Tuck, et on peut dire je ne le regrette pas ! Cette saison était même meilleure que la première, et il n'y a eu qu'un (voir deux à la rigueur) épisode en deçà des autres.  Et encore une fois, les personnages ne sont pas épargnés, loin de là !

Nip tuck 1Nip tuck 2

Les qualités de Nip Tuck ne changent pas, la réalisation est soignées, les acteurs toujours sont excellents, les intrigues originales et approfondies, même pour les patients. Les seules choses qui changent, ce sont les histoires et les thèmes, et on peut dire qu'on a été gâté. Les intrigues s'enchainent assez rapidement pour certaines, d'autres sont plus creusées, mais tout est judicieusement traité avec la bonne longueur. Par exemple, il y a eut le Yip de Sean et j'ai été content que cela ne s'éternise pas, c'était d'ailleurs parfaitement adapté au thème de ce début de saison avec la peur de vieillir et l'anniversaire de Sean. Cela permet aussi d'introduire le personnage de la mère de Julia campée par une excellente Vanessa Redgrave. On enchaine rapidement aussi avec le thème de la féminité, ce qui permet de traiter une patiente et un thème encore tabou sur la mutilation des femmes en Afrique. Puis, la tranquillité du début de saison dans laquelle les personnages nageaient plus ou moins vole rapidement en éclat, les thèmes secondaires disparaissent assez vite pour se concentrer essentiellement sur les intrigues propres aux personnages. On en oublie pas néanmoins les patients (je me souviens de l'homme qui voulait des seins, Natasha (l'aveugle)..., pour ne citer qu'eux) mais surtout, on n'oublie pas de faire revenir quelques anciens le temps de quelques épisodes. On ne conclut pas forcément leur histoire, mais cela permet de les revoir un peu et de savoir ce qu'ils sont devenus. Je pense notamment à Merril ou à Mme Grussman.

Les grands arcs de la saison se sont d'abord focalisés sur Christian et sur son rôle de père. Gina est resté un temps, Jessalyn Gilsig étant toujours au top en nymphomane un peu folle, et l'intrigue de Webber a réussit à m'émouvoir plus que je ne l'aurais cru. Je n'aurais jamais pensé que les scénaristes allaient se débarrasser de Webber de cette manière, mais comme à chaque fois, c'était très bien traité, surtout que ca leur a permis d'embrayer sur une autre intrigue, celle au cœur de la saison et faisant valser le couple Sean/Julia en éclat. Matt est donc le fils biologique de Christian, et tout le monde finit par le savoir. Si la réaction de Sean est plus que compréhensible, j'ai toujours eu du mal à blâmer Julia qui pourtant avait tous les tords. Peut-être parce que Julia sombre assez profondément dans la dépression alors que Sean lui se console dans les bras de Kimberly qui en profite pour faire son retour. Je n'ai pas pu m'empêcher de trouver le comportement de Sean assez "gamin", et Julia forcément plus touchante. On nous offre alors un très bonne épisode sur une réalité différente où Julia aurait choisit Christian et non Sean, et ayant vu celui de Grey's anatomy juste avant, je n'ai pas pu m'empecher de faire la comparaison. Le fait de traiter uniquement d'un personnage permet à Nip tuck d'offrir un épisode plus crédible et plus creuser que celui de Grey's anatomy. Il y a eu aussi l''épisode des soeurs siamoises, très réussit aussi grâce à son parallèle intéressant, permettant de diminuer les tensions entre Christian et Sean, mais pas entre Julia et Sean, qui finissent par se séparer.

Nip tuck 1 (2)

Au milieu de tout ca, Matt a le droit à l'intrigue la plus intéressante sous les traits de Famke Janssen. Je n'aime pas du tout Matt, son comportement est celui d'un petit con prétentieux, et j'ai du mal à ne pas regarder la série sans éprouver à chaque apparition l'envie de le frapper. Il se croit mieux que les autres, surtout de ces parents, et il est exécrable. Ce qu'il fait à sa petite sœur en est un bon exemple, et j'ai été très déçu que les conséquences ne soient pas plus graves. Alors heureusement qu'on offre à ce personnage Famke Janssen, car elle est tout simplement géniale. J'adore l'actrice et son personnage d'Ava est tout simplement très intéressant et fascinant jusqu'au twist final, et je pense que je la regretterais. En tout cas, le personnage n'est peut-être pas non plus le plus sympathique, mais les scènes qu'elle partage, que ce soit avec Julia, Christian, Sean ou Matt, ne m'ont jamais laissé indifférentes. Son fils non plus n'est pas mal dans son genre, campé par Seth Gabel en grande forme. Sa relation avec sa mère, un peu gloque quand même, était aussi l'une des réussites de cette saison, jusqu'à la fin bien surprenante où il se tue.

Surprenante, d'une part car je ne m'y attendais pas, mais aussi car je pensais qu'il était le découpeur. L'inconvénient de visionner une ancienne série, c'est qu'on est un peu spoilé, et je savais qu'un découpeur allait faire son apparition. J'ai donc tout de suite tilteté lorsqu'il a fait son apparition en même temps qu'Adrian et j'étais déjà déçu d'avoir si facilement trouvé qui était le découpeur. Entre temps, il y a quelques victimes, quelques menaces, quelques scènes bien angoissantes et ce découpeur me fait bien peur. J'ai toujours détesté "le sourire de l'ange", ca m'a toujours mis mal-à-l'aise tellement je trouve cela horrible. En tout cas, ce n'est pas Adrian, je me suis planté en beauté, mais j'y ai cru jusqu'au bout. Jusqu'au moment où Adrian se tue. La dernière scène de la saison a alors réussit encore plus son effet, et je suis resté bouché-bée quelques minutes lorsqu'il s'est finit. L'intrigue du découpeur sera donc au cœur de la saison 3, et dès à présent je n'ai qu'une envie, savoir qui s'est.

Nip tuck 5Nip tuck 6

Avec des intrigues prenantes, intéressantes et fascinantes, alliant des acteurs au sommet de leur art et en approfondissant toutes les intrigues même les plus futiles, Nip tuck s'offre une place pour l'instant dans les meilleurs dramas que j'ai pu voir.

Guizmo