American-Horror-Story-logo-wide-560x282

Smoldering Children / Birth

étoile 4,5/étoile 5

Plus les épisodes avancent, et plus la nomination d’American horror story en tant que meilleur drama me parait évidente. Elle n’a peut-être pas l’ambition de Game of Thrones, ni la richesse de boardwalk empire, mais la série a réussit à construire une histoire complexe, maitrisée et captivante, avec une palette de personnages tous aussi excellents les uns que les autres.

American horror story 1American horror story 2

Les morceaux de cet immense puzzle se mettent en place, et les multiples interrogations laissent place aux réponses. La série arrive encore à nous surprendre et nous révèle qu’elle a su jouer avec brio de ce qu’elle nous à laisser montrer et comprendre. On revient sur Larry, son histoire et sa passion pour Constance. Ce n’est pas lui qui s’est brûlé, comme la série nous l’a fait croire, mais c’est Tate qui, par vengeance et colère, a enflammé son beau-père. Les personnages sont tous construit à la perfection, et aucun acteur n’a à rougir de sa performance. Pourtant, s’il y avait un personnage en deçà des autres, je choisirais Larry. Denis O’Hare est un grand acteur, mais il a brillé bien plus dans d’autres séries. La scène des retrouvailles avec sa femme et ses filles étaient très belles, touchante à sa manière, mais Larry n’est pas le personnage le plus travaillé ni le plus utile. Il n’est au final qu’un homme assez faible, utilisé par Constance, et fini en prison sans qu’on comprenne pourquoi : C’est sa façon de se repentir, ou alors de s’éloigner de la maison. En tout cas, de tous les personnages, c’est celui de Constance le meilleur, et Jessica Lange mériterait vraiment son Golden globe. C’est le personnage central de la série, et l’un des meilleurs personnages jamais crée à la télévision.

American horror story 4

Dans ce Smoldering children, on revient sur Violet qui avait été un peu mise de côté. Je pensais sincèrement que Violet survivrait, qu’elle serait peut-être la seule de sa famille à s’en sortir, mais c’est elle qui succombe la première. La série amène de façon quasi parfaite la révélation de sa mort. Je ne l’avais pas vu venir !  On en profite aussi pour revenir sur sa relation avec Tate, Tate qui au final reste un enfant perturbé. Alors que dans Birth, Violet tente de protéger sa mère en essayant de libérer Chad et Patrick du manoir, elle finit par comprendre à quel point Tate est dangereux.

Ce second épisode était l’épisode majeur de la saison jusqu’à présent, et il aurait pu presque servir de final à la saison. Il nous plonge au cœur de l’accouchement de Vivien, sombre et douloureux. Les fantômes se réveillent pour assister à la naissance du fils du diable, et leur bataille, entre Hayden, Chad, et Constance pour s’emparer des bébés reprend de plus belle. Malheureusement, le fils de Ben ne survivra pas, et est emporté par Nora, tandis que le fils du diable est emporté par Constance. L’ambiance de l’épisode était excellente, tout comme la scène entre Pat et Tate, mais c’est la relation mère fille entre Vivien et Violet qui était parfaite et émouvante.

American horror story 5American horror story 6

Il ne reste qu’un épisode, la clé à nos dernières interrogations (Ben, la créature de la cave, la force du manoir), mais rien qu’avec ce onzième épisode, American horror story prouve qu’elle est une excellente série, une œuvre visuelle à part, fascinante et originale.

Guizmo