desperate_housewives_iso

Watch will I revise the world

étoile 2,5

Mes espérances en Desperate housewives commencent à s’effriter petits à petits.  Après un très bon épisode d’entrée, un suivant correct, desperate housewives retombe dans ses erreurs. Je pense qu’il me faut arrêter de penser que cette dernière saison sera aussi bonne que les premières. Marc Cherry a fait de l’excellent boulot sur les deux premières saisons, c’est reposé sur ses lauriers et a lâchement abandonné sa série alors qu’elle mourrait. C’est peut-être pas plus mal, les scénaristes sont plus doués que ce qu’il est maintenant, mais la série n’est plus aussi bien. Contentons nous de la suivre avec nostalgie en lui pardonnant ses (gros) défauts.

Desperate housewives 1Desperate housewives 2

Je ne m’amuserais pas à classer les intrigues des actrices principales. Chacune se vaut. Autant avant il y avait des moins bonnes et des mieux, autant là, elles sont tous à un niveau plutôt moyen. Et, surprise ! Ce n’est pas Bree, ni Lynette, encore moins et Gaby, et certainement pas Susan qui brille dans cet épisode, mais Renée ! Le nouveau voisin étant déjà absent (ouf !), Renée doit se coltiner Lee et sa fille. Ce n’était pas forcément très drôle, encore moins subtile et la conclusion très (trop) facile, mais Vanessa Williams met tout son cœur à jouer, et ca se voit, et ca passe mieux.

Marcia Cross aussi continue de s’investir dans son personnage, et depuis le début, c’est son intrigue qui est la mieux travaillée. Pourtant, ce n’est pas fameux ici dans la forme. L’histoire de la demande en mariage de Chuck était assez prévisible et quelque peu risible ; le petit suspense autour de l’enveloppe pas forcément glorieux ; et comme on ne sait pas quoi faire de Gaby, Bree doit se la coltiner. La série nous offre un énième passage de diversions avec regards appuyés, suivit de gags et situations gênantes, et celui-ci n’était pas très inspiré. Il est loin le temps où Gaby sortait avec le jardinier, où Bree volait les recettes de Katherine. La scène où Bree se maquille dans la salle de bain pour dissimuler ses pleurs m’a fait penser à la scène magistrale où elle se force de ne pas pleurer devant Rex à l’hôpital. Ce temps est loin, et on ne retrouvera certainement plus cette Bree. Chuck prend donc très mal le fait que Bree le quitte avec une réaction trop exagéré (un peu psychopathe sur les bords ; et on se souvient tous de l’excellente époque avec le pharmacien).

Le temps est loin aussi où Susan nous faisait rire. Son rapprochement avec Carlos qui, comme le souligne aussi Mary-Alice, n’avait jamais été exploité, a été tué dans l’œuf. Mike pense que Carlos et Susan couchent ensemble. Moui, pas vraiment emballé par çà, pas très crédible non plus. Le point positif, c’est qu’ils balancent la vérité à Mike qui du coup s’en va. Mouais, sa réaction est bizarre et encore moins crédible vu tout ce qu’il a fait par le passé. On verra bien ce que ça donne dans le prochain épisode, mais mes attentes sont basses.

Il ne reste plus que Lynette. Tom est aux abandonnés absents, les enfants aussi et elle s’occupe d’une histoire assez bancale toute seule dans son coin. Pour l’accompagner, sa sœur et son mari. Quelle bonne idée que les scénaristes ont eut de se pencher sur la famille de Lynette !! (et je suis sérieux), mais ma joie retombe bien vite. C’était mal exploité, pas subtiles, encore moins drôle et n’apportait absolument rien à l’épisode ou à Lynette. Celle-ci passe encore une fois pour c**** et c’est bien dommage.

Desperate housewives 3Desperate housewives 4

Desperate housewives n’est plus que l’ombre d’elle-même (et cela depuis la saison 5), parfois même une caricature d’elle-même. On ne regarde donc que par nostalgie en espérant une fin à la hauteur de la série. Mais celle-ci nous déçoit et se repose sur des blagues usées et des intrigues vues milles fois, ici avec un épisode « bouche-trou ». Ce n’est pas comme çà qu’on aimerait se souvenir de cette série. Encore 20 épisodes pour changer la donne. Ca avait pourtant bien commencé.

Guizmo