The-Big-C1-631x250

Crossing the line

étoile 4,5

The big C vient d’achever sa deuxième saison et au contraire de Weeds, elle est certaine de revenir pour 10 épisodes. Au vu des audiences de la série, ces 10 épisodes risques bien d’être les derniers. Mais ne pleurons pas encore la fin possible de la série, il y a déjà matière dans ce final, et jamais je n’aurais cru capable la série de me briser le cœur une seconde fois en si peu de temps. The big C arrive à m'émouvoir comme peu de séries l'on sut (et l'ombre de Big love plane dans cette phrase).

The big CThe big C 2

On retrouve donc Cathy en plein déni de la mort de Lee, ou alors elle l’accepte plutôt bien, et comme elle le dit, ca lui a permit d’accepter sa propre mort et de plus avoir peur. Mais Cathy n’abandonne pas, elle se bat pour sa vie et à travers un très beau geste pour Lee, elle décide de courir le fameux marathon. Elle se bat malgré le conseil du docteur Todd de ne pas le faire (Oui, il est de retour, et on est content), elle se bat pour prouver qu’elle peut battre son cancer, et sa course est magnifique. Laura Linney est merveilleuse et sa détermination nous fait chaud au cœur.

C’est l’occasion du coup de retrouver Sean au côté de sa sœur, l’humour n’était pas très inspiré mais la complicité de Laura Linney et John Benjamin Hickey est palpable et rien que pour leur duo, on apprécie grandement. Adam est également présent au côté de sa mère. Ca fait plaisir de le voir enfin près d’elle, lui qui n’avait tendance qu’à n’être contre elle ou à faire des conneries pas forcément inspirée. La conversation avec Todd a peut-être aidé, mais c’était une belle preuve d’amour que de soutenir sa mère.  Car il aurait pu aller retrouver sa petite-amie, s’amuser au nouvel-an avec ses amis, mais non. Et c’est même sa petite amie qui vient le retrouver et je suis content de son retour. J’espère que la saison 3 sera l’occasion pour Adam de murir, et vu la scène finale, ca risque d’arriver.

Andrea n’apparait pas dans ce final. D’un côté, c’est dommage, car le personnage fait partit des meilleurs, mais ca permet d’éviter de la voir toute brisée pour son amour perdu. Ca n’aurait fait que surcharger l’épisode.

Par contre, Oliver Platt nous prouve dans cette série que c’est un bon acteur. Autant pendant la saison 1, il était ce personnage un peu lourd, qu’on n’apprécie pas vraiment, un peu agaçant mais il avait su prouver que Paul avait au fond de lui un grand cœur. Il avait su évoluer par amour pour Cathy et l’avait toujours soutenu à sa façon. C'était devenu un très beau couple. Les intrigues de cette saison entre le trafic et la drogue ne m’avaient pas vraiment plu, mais trouvent dans ce final toutes leur conclusion. Malgré sa force à lui, c’est Cathy la plus forte du couple et il n’a pas su tenir entre les problèmes d’argents (la scène où il crie son indignation à la compagnie d’assurance est très belle à sa façon dans la symbolique), sa peur de perdre sa femme et on ne peut comprendre qu’après coup le besoin d’avoir plus de "force" avec la cocaïne.

La scène finale vient donc conclure la saison 2 d’une très belle façon. Cathy arrive, à bout de souffle, à la ligne d’arrivée. Elle a gagné son combat, elle a sut se battre pour honorer Lee et le sourire de Cathy fait chaud au cœur. On est heureux pour elle de la voir gagner, entourer de tous les gens qu’elle aime, les vivants comme les morts, et on est déjà ému. Le coup de grâce est lorsqu’on se rend compte que Paul ne fait plus partie des vivants. Ca m’a achevé. Paul n’était pas mon personnage préféré, mais j’avais fini par m’attacher à lui. On l’aimait à sa façon. On a de la peine pour Cathy aussi, on la quitte en plein désespoir, elle qui avait tant de joies malgré ses épreuves, on ne peut que s’attrister de cette nouvelle perte. La saison 3 s’annonce bien sombre pour Cathy.

The big C 4The big C 5

The big C nous quitte sur une note magistrale, comme l’an passé. Cette saison n’aura pas été parfaite, mais elle a sut gardé sa tendresse, sa beauté, son humour et ce juste équilibre entre l’humour et le drame et c’est comme çà qu’on l’aime, avec ses défauts et ses qualités.

Guizmo